[Critique] Daybreakers avec Sam Neill

Il y a parfois certains films qu’on regrette d’avoir vu au cinéma. Daybreakers fait parti de ces films qu’on énonce honteusement quelques mois plus tard quand on se remémore entre amis les pires films vus au cinéma.

Daybreakers se passe en 2019, les vampires ont pris le contrôle de notre planète. Les humains ne sont plus qu’une petite minorité, entretenue uniquement pour nourrir la population dominante. Edward Dalton est un vampire qui travaille dans la recherche. Il refuse de se nourrir de sang humain et œuvre sans relâche à la mise au point d’un substitut qui pourrait à la fois nourrir ses semblables et sauver les derniers spécimens d’hommes. Lorsqu’il rencontre Audrey, une jeune survivante humaine, il va découvrir un secret biologique qui peut tout changer. Désormais, fort d’un savoir que vampires et humains veulent s’approprier à tout prix, Edward va se retrouver au centre d’un affrontement absolu dont l’enjeu décidera de l’avenir des deux espèces…

Le casting laissait présager de bonnes choses, même si l’acteur principal n’est pas des plus connu, on retrouve tout de même Sam Neill (Jurrasic Park, Crusoe, etc…), Ethan Hawke (Lord of War, Alias)  et William Dafoe (L’Assistant du vampire, l’affaire Farewell). Hélas même avec des acteurs ayant de la bouteille, la sauce ne prend pas.

Honnêtement le film part sur de bonnes idées. On sent qu’il y a eu une reflexion à la manière dont les vampires peuvent se déplacer la journée en s’aidant de la technologie. On est loin du vampire à paillettes ! Mais la reflexion s’arrête là ! Certains éléments du film aurait pu permettre aux scénaristes de trouver une vraie fin et ne pas se contenter d’une histoire basique écrite sur le coin d’une table.

Vous l’aurez compris le scénario est bancal, le film est réalisé comme un téléfilm de M6. Le réalisateur pense nous fournir des scènes gores à grand coup d’explosion de cranes et de giclés de sang.  On nage en pleins clichés, même si les règles indispensables du vampire sont respectées.

Je ne vous conseille pas du tout Daybreakers que ce soit au cinéma ou en DVD. Un film a oublier et vite !

Note : 1/5

1 Commentaire

  1. Pingback: Tweets that mention [Critique] Daybreakers avec Sam Neill | Les Docs de Doc -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *