Critique Indiana Jones 4 et le Royaume du Crâne de Cristal

Indiana Jones : Plutot deux fois qu’une

Mercredi, le 4e opus d’Indiana Jones intitulé Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal est sorti sur nos écrans. Un film très attendu par tous les fans. On avait même eu droit à la trilogie sur M6 pour anticiper la sortie.

La nouvelle aventure d’Indiana Jones débute dans un désert du sud-ouest des États-Unis. Nous sommes en 1957, en pleine Guerre Froide. Indy et son copain Mac viennent tout juste d’échapper à une bande d’agents soviétiques à la recherche d’une mystérieuse relique surgie du fond des temps. De retour au Marshall College, le Professeur Jones apprend une très mauvaise nouvelle : ses récentes activités l’ont rendu suspect aux yeux du gouvernement américain. Le doyen Stanforth, qui est aussi un proche ami, se voit contraint de le licencier. À la sortie de la ville, Indiana fait la connaissance d’un jeune motard rebelle, Mutt, qui lui fait une proposition inattendue. En échange de son aide, il le mettra sur la piste du Crâne de Cristal d’Akator, relique mystérieuse qui suscite depuis des siècles autant de fascination que de craintes. Ce serait à coup sûr la plus belle trouvaille de l’histoire de l’archéologie. Indy et Mutt font route vers le Pérou, terre de mystères et de superstitions, où tant d’explorateurs ont trouvé la mort ou sombré dans la folie, à la recherche d’hypothétiques et insaisissables trésors. Mais ils réalisent très vite qu’ils ne sont pas seuls dans leur quête : les agents soviétiques sont eux aussi à la recherche du Crâne de Cristal, car il est dit que celui qui possède le Crâne et en déchiffre les énigmes s’assure du même coup le contrôle absolu de l’univers. Le chef de cette bande est la cruelle et somptueuse Irina Spalko. Indy n’aura jamais d’ennemis plus implacables… Indy et Mutt réussiront-ils à semer leurs poursuivants, à déjouer les pièges de leurs faux amis et surtout à éviter que le Crâne de Cristal ne tombe entre les mains avides d’Irina et ses sinistres sbires ?

En me rendant au cinéma, j’avoue que je pensais plutôt au mystère des crânes de cristal qui révèlera le secret de l’humanité. Mais pas du tout, il s’agit d’un crâne de Cristal d’Akator comme je le dis plus haut dans le synopsis. Un peu déçus au départ, mais cela ne dénature en rien le film. Les effets spéciaux sont dignes de LucasFilm. On sent bien le Steven Spielberg en forme qui a bien fait bosser ses studios.

Par contre, on notera des passages très très gros scénaristiquement parlant. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spolier, mais il y a des énormités. Harisson Ford a pris un coup de vieux, mais son jeu d’acteur est toujours génial. Il est toujours aussi charismatique et ça fait plaisir de le retrouver dans le rôle d’Indy. Les petites notes d’humour propres à la série sont aussi présentes en grand nombre. Le fait de retrouver Karen Allen qui jouait le rôle de Marion aussi dans le 2e film est une bonne idée. Surtout que le film contient énormément de clins d’oeil aux opus précédents.

Les apparitions de Cate Blanchett et Shia LaBeouf sont aussi de bonne surprise. Ils donnent un peu de fraicheur à la série pour ne pas tomber dans le film nostalgique.

Autant dire que j’ai bien aimé ce nouveau Indiana Jones, il faut dire que je suis fan. Ça n’aide pas à être objectif. Pour l’anecdote de mon titre plutôt deux fois qu’une c’est parce que j’ai déjà vu le film deux fois. En effet au bout de 1h45 le projecteur s’est coupé et nous avons eu un décalage son et image. Pour s’excuser, le cinéma nous a offert 4 places en plus de la possibilité de revoir le film depuis le début à la séance suivante. Donc j’ai vu les premières 1h45 deux fois. Pour un film qui dure 2h05 c’est pas mal.

1 Commentaire

  1. Pingback: Lego Indiana Jones 2 : L’aventure continue | Les Docs de Doc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *