[Test] Assassin’s Creed 2 sur Xbox 360

Assassin’s Creed 2 fait parti des jeux de cette fin d’année 2009 que j’attendais avec beaucoup d’impatience. J’avais été conquis par le premier Assassin’s Creed malgré son côté répétitif.

Ubisoft avait bien préparé le terrain auprès des joueurs pour lancer Assassin’s Creed 2. Tout d’abord, un site proposant de découvrir l’arme d’Ezio en réalité augmentée, puis le petit film sortit en prélude du jeu pour se mettre de l’ambiance.

Arrive enfin Assassin’s Creed 2 décliné en 3 éditions pour satisfaire toutes les bourses. N’ayant pas été assez rapide pour commander ma Black Edition, j’ai dû me rabattre sur la version White.

Graphisme : De ce côté là, je n’ai rien à redire à Assassin’s Creed 2. Les villes sont gigantesques et proposent une atmosphère différente. Le petit point noir est le clipping. En effet, le graphisme des décors s’affine vulgairement dès qu’on s’approche d’un bâtiment. Mais vu la taille de la ville, on peut comprendre la difficulté des développeurs à faire apparaitre des graphismes HD en continu. Je note également la possibilité de jouer en intérieur avec une très belle reconstitution de lieu de culte de Venise.

Jouabilité : La prise en main du jeu est très simple, Ezio réagit au doigt et à l’oeil. On regrette juste que ce feu follet qui n’hésite pas à sauter du haut d’une église, est du mal à s’acquitter d’un petit saut de cabri pour atterrir sur une planche positionnée à moins d’un mètre de lui. Heureusement, ce genre de petit désagrément n’est pas gênant dans la jouabilité globale du jeu.

Scénario : Le scénario est court ! Je regrette certains passages qui nous poussent en tuer en masse en répétant la même tranche de scénario, c’est à dire trouver l’intermédiaire qui nous dira comment atteindre Machin qui sait ou trouver Truc qui est en faite l’homme de main de Bidule qui est le chef du complot.

Durée de vie : Si vous prenez le temps de vider chaque ville des coffres et autres gyphles, le jeu dépasse largement les 25h de jeu. La trame de base est relativement courte, mais le côté exploration prend largement le dessus dans ce jeu.  De plus, l’argent est très présent, il sert à énormément de choses et notamment à s’acheter de nouveaux équipements. C’est vraiment une chose très intéressante, même s’il est trop facile de devenir riche en n’ayant pas fait la moitié du jeu.

Bande son : Rien à redire de ce côté, aucune musique n’est culte, mais je n’ai rien remarqué de dérangeant. Les bruitages sont très bien réalisés.

Conclusion: Assassin’s Creed 2 est un très bon jeu. On prend plaisir à se replonger dans la peau d’un Assassin. L’histoire du complot planétaire est toujours aussi bien ficelée et les petites énigmes qui jonchent le parcours permettent de diversifier un peu le gameplay. Assass’ins Creed 2 fait parti des jeux cultes  et ce deuxième opus nous promet de très belles choses pour le troisième jeu qui sortira. Vivement les DLC prévus courant 2010.

Note : 5/5

3 Commentaires

  1. Zhykos

    Tout à fait d’accord. Il s’agit d’un gros jeu, sûrement l’un des meilleurs de l’année.
    Et tu le dis très bien, je ne l’ai remarqué qu’hier : on a très vite de l’argent mais au bout d’un moment il ne sert plus à rien car on a déjà tout …

  2. Docslumpy (Auteur de l'article)

    Il faudra voir avec les DLC si on peut acheter une arme qui vaut 500 000 florins, je serai peut être sur la paille. Ca me fait penser à Fable 2 où l’argent ne sert plus à rien à la fin tellement on est riche !

  3. Pingback: Epic Mickey en rivalité avec Call of Duty et Assassin’s Creed | Les Docs de Doc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *