[Test] Dishonored s’infiltre sur Xbox 360

L’éditeur qui a su nous émerveiller avec Skyrim, remet le couvert avec Dishonored. Pendant toute la phase de développement du jeu, ce titre qui pour une fois n’est pas une suite à un quelconque titre vidéoludique n’avait pas fait d’étincelles.

Pourtant, Dishonored a réussi à rafler pas mal de prix lors de l’E3 2012 et attirer les projecteurs sur ce jeu très intéressant.

Comme vous le verrez sur les images présentes dans ce test de Dishonored, le jeu est un FPS furtif.

Vous incarnez le garde du corps de l’impératrice qui est assassinée sous vos yeux sans vous ne puissiez rien faire. Vous êtes retrouvé inconscient à côté du corps de cette dernière morte. Vous faites le principal suspect de cette affaire et vous êtes emmené en prison. C’est à l’air de « fidèles » de l’impératrice qui on compris qu’il s’agissait d’un coup monté que vous vous échappez de prison, bien décider à faire éclater la vérité au grand jour.

Pour arriver à trouver le coupable de ce complot, vous pourrez utiliser de nombreux pouvoirs magiques mis à votre disposition. Chaque niveau vous demandera d’assassiner une personne, pour atteindre votre cible, il faudra faire preuve de ruse et d’adresse. Le jeu a été pensé pour offrir de nombreuses possibilités aux joueurs pour réussir l’objectif final.

Vous pouvez être discret et vous faufilez à travers les mailles de filet ou jouer le gros bourrin et foncer dans le tas. Les chasseurs de succès pourront se tirer les cheveux, car en consultant la liste de ces derniers, j’ai vu qu’il était demandé aux joueurs de terminer le jeu sans alerter un seul garde. Je souhaite beaucoup de courages à ces farmers de l’achievement pour arriver à le débloquer.

L’ambiance de Dishonored est très immersive, c’est d’ailleurs ce qui fait le charme de ce jeu. En plein coeur d’une Angleterre victorienne, vous serez plongé dans un monde en désolation et infesté par la peste. L’univers est très bien respecté et offrir aux joueurs un monde original, bien loin de ce que l’on peut voir dans les jeux de ce type.

Le côté FPS furtif qui change de l’habituel vu à la 3e personne pour ce genre de soft permet de placer le joueur dans des situations « réelles  » de visibilité réduite par le champ de vision de l’humain.

Si vous voulez vous amuser pendant une dizaine d’heure en attendant la sortie de gros titres à la fin du mois, vous pouvez jeter sur Dishonored sans trop de problèmes. Les rumeurs racontent qu’au vu du succès de ce titre, une suite serait en discussion. Wait and See.

Note : 5/5

4 Commentaires

  1. Guillaume

    Même 6/5 même si c’est impossible. Ce jeu est carrément dingue… Je n’arrête pas d’y jouer depuis que je l’ai 😀

  2. la récréation

    Une très belle surprise, le gameplay est plutôt bien pensé, prise en main rapide, graphisme des environnements réussis, en revanche, les personnages sont mal fait mais les développeurs se rattrapent complètement sur la qualité générale du soft.

  3. Blackjack

    Que vous soyez joueur, développeur ou éditeur, vous savez forcément que la fin de l’année est la période favorite des grosses suites de licences déjà bien installées dans le marché des jeux vidéos. Les « gros jeux » ou projets « triple A » se bousculent tellement à cette période que la plupart…

  4. Xbox One

    c’est tout à fait vrai, de plus les imperfections doivent exister pour que le prochain jeu soit meilleur que le précédent non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *