[Xbox 360] Test Prototype

prototype-xbox-360Prototype : La critique consommateur de Rem

Bienvenue dans Prototype, jeu sanglant et monstrueux crée par Radical entertainment (développeurs entre autres de Hulk et Scarface) aux allures de film d’horreur genre « 28 jours/semaines plus tard », sauf qu’ici vos adversaires ne sont pas des zombies.

Votre aventure se déroulera essentiellement sur l’ile de Manhattan en partie en émeute, sur le rebord d’un toit (un peu comme dans Assassin’s creed) vous découvrirez le héros (on pourrait même dire anti-héros). Vous incarnez donc Alex Mercer, un personnage aux multiples petits tracas, premièrement il est amnésique, les souvenirs lui reviennent (et donc vous reviennent) au fil de l’avancement dans le jeu sous forme de courtes vidéos, mais bon ça aide pas quand même, deuxièmement il a contracté un virus qui lui donne des pouvoirscolossaux, et dernièrement il ne tardera pas à être recherché par toutes les autorités. Comme on peut le deviner, votre rôle sera de chercher à savoir ce qui est arrivé à Alex (ainsi qu’à la ville) et de faire payer tous ceux qui ont trempé dans cette sordide affaire.

Vous serez alors plongée au centre d’une guerre entre deux camps (l’armée et les infectés), sur une île en quarantaine, ou vous deviendrez progressivement l’ennemi de ces deux camps, donc attendez vous à devoir affronter quasi constamment tout ce petit monde en même temps

L’Ambiance se voudra assez sombre et oppressante, alex devra faire attention à ses arrières et se faire discret en prenant l’apparence d’autrui. La violence sera extrêmement présente lorsqu’il attrapera un passant d’une main pour finir par l’absorber dans un déluge d’effets visuels remarquables.

Pour finir, la sauvegarde est automatique après chaque mission, mais vous avez tout de même la possibilité de sauvegarder manuellement à n’importe quel moment excepté pendant les missions (ça aurait pu être utile, surtout lors de la première partie).

A première vue, les missions sont un peu longues, surtout lors de la première partie, mais elles sont heureusement parsemés de check points, qui ne sont utile seulement lorsque l’on meurt, ils ne servent pas de sauvegardes (ou alors uniquement de sauvegarde temporaire, dès que vous revenez au menu titre ou en mode libre c’est fini…). Parfois, vous aurez même à en compléter 2 d’affilés et évidemment sans la moindre possibilité de sauvegarder entre les deux. En plus de cette longueur, certaines missions se montrent assez difficiles d’une part à cause d’un manque de clarté (on ne sait pas toujours quoi faire, ou aller…) et d’autre part par un acharnement assez relevé de l’armée qui ne vous lâche pas. De ce fait, la seconde partie sera un peu une renaissance pour le joueur que l’on est, on sera bien plus à l’aise avec les touches et les différentes attaques, et l’on passera les missions à une allure impressionnante…

La panoplie de combat d’Alex est très complète, il possède tout un tas de combos, d’attaques différentes parmi une dizaine d’armes  différentes que ce soit celles sortant de son corps (les griffes, le fouet…) ou les plus basiques et moins paranormales (le fusil d’assaut, les assauts aériens…) que l’on apprend et fait évoluer via le menu améliorations…

Pour lire la critique en intégralité, n’hésitez pas à vous rendre sur le blog de Rem : L’œil critique du jeu video.

Les Docs de doc ont invité Rem de l’oeil critique du jeu vidéo à publier ce test de Prototype et nous le remercions. Est-ce le début d’une longue série d’articles en Guest Blogging ? Seul le temps nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *